Quand l’accessoire devient l’essentiel

Depuis des années, j’entends que l’art contemporain n’est pas essentiel, qu’on doit d’abord privilégier le bien-être, ce qui se traduit bien souvent de façon caricaturale par la pose d’un babyfoot dans un espace collectif. Je provoque un peu certes – après tout c’est sympa la provocation – mais cela ne peut pas et ne doit pas être la réponse principale.

Faire l’effort de l’art contemporain, c’est d’abord faire l’effort de l’altérité. Vous l’aurez compris, il ne s’agit pas de l’art pour de l’art, mais surtout d’un magnifique prétexte pour se rencontrer autour de l’essentiel, le sensible, et la possibilité pour chacun de nous d’exprimer sa sensibilité ! Ici avec l’artiste Yannick Ribeaut .

Installer des œuvres d’art – si possible pas totalement consensuelles – à la manière d’une exposition, y ajouter une dose d’explications, provoquer la rencontre, autour d’un café, avec l’artiste, faire venir un conférencier lors d’un « casual day », et recommencer ainsi avec d’autres expositions 2 à 3 fois par an. Et voilà comment l’univers professionnel prend des couleurs, redevient vivant !

Que chacun se demande, au-delà d’un prétexte ouvert et culturel, que c’est aussi une formidable opportunité de partager un moment ensemble ; on en a particulièrement besoin en ce moment, de ce bien-être là, non ?

Alors, moi, je vous propose d’en parler avec vous, de réfléchir ensemble sur une façon simple de concevoir et faire vivre cette idée dans vos espaces collectifs
Dix minutes d’échanges en ligne suffiront pour faire germer des pistes de travail, et vous restituer ensuite de belles propositions artistiques. Et surtout, ne me dites pas que ce n’est possible, et si vous n’avez pas le temps vous pouvez toujours vous connecter à PIGMENTS, notre offre digitale 100% en ligne . Une offre simple, rapide à mettre en place et très économique !
Alors, on y va ?

Matthieu Jacquillat
Dirigeant d’Arts Affaires