La Fondation Pinault :
un événement au centre de Paris entre le Louvre et le Centre Pompidou dans un lieu historique, la Bourse de Commerce

Bertrand Lavier – Walt Disney Productions
Bertrand Lavier – Walt Disney Productions no 6, 2018 – Peinture cellulosique sur résine de polyester 175 × 100 × 50 cm Courtesy kamel mennour © Bertrand Lavier / ADAGP, Paris 2021 Vue d’exposition, Photo Aurélien Mole
Bertrand Lavier – Teddy B, 2020 Ours en peluche/ 85 x 48 x 20 cm Collection de l’artiste/Collection of the artist © Bertrand Lavier / ADAGP, Paris 2021 Vue d’exposition, « Ouverture » Photo : Aurélien Mole
Bertrand Lavier – MBK (ou 103 Peugeot), 2020 Mobylette accidentée suspendue 80 × 150 × 80 cm Collection de l’artiste/ © Bertrand Lavier / ADAGP, Paris 2021 Photo Aurélien Mole

Un collectionneur averti qui promeut avec passion l’art contemporain. François Pinault, l’homme aux 10 000 œuvres est l’un des plus importants collectionneurs d’art contemporain au monde. Il nous propose de regarder le monde dans les annonces qui annoncent l’ouverture de la Fondation Pinault.

Ryan Gander I… I… I… 2019 – Souris animatronique, trou dans un mur/ 19,4 × 24 × 28,2 cm (c) Ryan Gander / ADAGP, Paris 2021 Courtesy Esther Schipper. Photo Andrea Rossetti

Il dit qu’il est un collectionneur parce qu’il est d’abord un amateur d’art. Quelle belle démarche, saine et humaine qui consiste à d’abord vouloir partager l’émotion que procure une œuvre d’art, bien plus que le désir de possession.

Après le Palazzo Grassi et la Punta della Dogana à Venise, voici aujourd’hui à la Bourse de Commerce, à Paris, capitale du monde !

La première séquence de la Bourse de Commerce s’intitule « Ouverture ». C’est l’ouverture d’un nouveau lieu mais c’est aussi l’ouverture sur le monde que propose François Pinault dans sa sélection qui fait une large place aux femmes et aux minorités en ligne avec les débats actuels.

On démarre le parcours par une œuvre de Martial Raysse, « Ici, Plage, comme ici-bas », œuvre contrastée, très colorée, provocante par ses couleurs et certains de ses personnages, tout à la fois sombres par les visages et les arrières plans. La première scénarisation présentée dans la Rotonde est une conception d’Urs Fischer conçue à partir d’une de ses œuvres les plus marquantes « Untitled ». On y retrouve une réplique de l’Enlèvement des Sabines qui se consume lentement, surmontée par deux bougies, des chaises du monde en cire et l’effigie de Rudolf Stinger, plus vrai que nature, dont on retrouve des œuvres au 1er étage comme une mise en abyme.  A voir avant la fin de l’année où tout aura normalement fondu !

De cet espace majestueux sous une verrière lumineuse et des fresques historiques magnifiquement restaurées, on pénètre dans un patio circulaire de style 19ème, dont le sol en mosaïque et les 24 vitrines datant de l’époque de l’Exposition Universelle en bois en sont le témoin. Elles abritent les œuvres de Bertand Lavier, de la mobylette rouge au violoncelle parme, en passant par une compression de textiles rouge et jaune, une montgolfière de la dimension de l’espace centrale si elle était gonflée !

Tarek Atoui The Ground, 2019 (détail) Composition pour 12 instruments / Dimensions variables/. Vue de l’exposition « Ouverture », Bourse de Commerce – Pinault Collection, Paris, 2021Copyright Tarek Atoui Bourse de Commerce —Photo Aurélien Mole

L’itinéraire se poursuit dans les étages peuplés de diversité tant de style que de propos, tout comme le sous-sol où se trouve un espace musical avec l’œuvre « The Ground » de Tarek Atoui qui cohabite avec les colonnes métalliques d’origine et le béton de Tadao Ando.

Du lieu de résidence de Catherine de Médicis, pour devenir en 1763 une halle à blé, re-transformée en 1806 suite à un incendie pour devenir une halle à marchandises.  Inaugurée, tout comme la Tour Eiffel, pour l’Exposition Universelle de 1889, inscrit sur l’inventaire des Monuments Historiques, la Fondation Pinault s’inscrit donc dans un historique tant architectural qu’économique dont la salle des machines au sous-sol en est un des témoins. 

La Fondation Pinault : c’est le Guggenheim en mieux ! Le travail de l’architecte japonais y est exceptionnel de présence, de délicatesse et de finesse.

A l’instar de l’homme d’affaire John-Simon Guggenheim et de ses lieux mondialement reconnus, François Pinault laissera sans doute durablement une trace dans la postérité, tout en marquant nos esprits avec des œuvres fondamentalement audacieuses. C’est puissant, direct, sans convention ni attendu, en partage enfin. Entre tourbillons d’art et bouillonnements.

Alors courez à la Fondation Pinault ! Chez Arts Affaires, nous connaissons un grand nombre des artistes exposés et serons heureux de vous les présenter, que cela soit lors d’une visite privée ou lors d’un rendez-vous personnalisé.  Dites-nous, on vous y invite !

Prendre rendez-vous avec Matthieu Jacquillat

Pour tout savoir sur nos visites guidées

Visuel du bandeau : Rotonde – Vue d’exposition, « Ouverture » / « Ouverture » Urs Fischer, Untitled, 2011 (détail) Cire, pigment, mèches, acier Giambologna : 630 × 147 × 147 cm Rudi : 197 × 49 × 69 cm Chaise: 116 × 78 × 72 cm © Urs Fischer Courtesy Galerie Eva Presenhuber, Zurich. Photo : Stefan Altenburger